En Avent avec Jean-Baptiste et Marie …

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 9 décembre 2018.

« Après la célébration du mystère pascal, l'Eglise n'a rien de plus à cœur que de commémorer la nativité du seigneur et ses premières manifestations : ce qui se fait au temps de Noël. Cette commémoration est préparée par le temps de l'Avent, qui a "une double caractéristique : c'est à la fois un temps de préparation aux solennités de Noël où l'on commémore le premier avènement du fils de Dieu parmi les hommes, et un temps où, par se souvenir, les âmes sont tournées vers l'attente du second avènement du Christ à la fin des temps. Le temps de l'Avent se présente donc, pour ces deux raisons, comme un temps de pieuse et joyeuse attente". » (CE 234-235)

Notre avancée dans ce temps béni de l'Avent se trouve guidé, en ce second dimanche, par les personnages de Jean-Baptiste et de Marie : Jean-Baptiste qui nous invite à tracer notre propre chemin de rencontre avec le Seigneur. A nous donc de l'emprunter : avec lui, mettons-nous en route, allons à la rencontre de Celui qui cherche sans cesse à demeurer chez nous. Marie qui, dans le récit de sa rencontre avec l'ange Gabriel que nous avons entendu en la belle solennité de l'Immaculée Conception, nous invite à établir une relation de confiance afin de chercher comment accueillir davantage le Messie en nos vies.

Le reconnaître, prendre du temps avec Lui … La beauté de l'Avent nous donne d'être dans le temps de ‘joyeuse et pieuse attente’ de l’action de Dieu. Pour cela, à l'appel de Jean-Baptiste, nous sommes à nouveau invités à emprunter un chemin de conversion : en nous désencombrant de nos seuls désirs terrestres et de notre auto-persuasion à nous croire autosuffisants, nous pourrons donner toute sa place dans la crèche de nos propres cœurs au don que Dieu, cette année encore, veut nous donner. Jean-Baptiste, la Vierge Marie, Saint Joseph, Elisabeth y ont cru. Ils n'ont pas été déçus !

Car Dieu ne fonctionne pas au mérite mais au don. Que cette marche vers Noël soit pour chacun l'occasion d'un enfantement ... En ces périodes encore marquées par l'inquiétude, la peur, les tentations de désespoir, que l'Enfant-Dieu que nous attendons nous permette de nous purifier, de transformer tout notre être humain et divin afin que naisse et renaisse en nous le don le plus précieux, le plus intime, le plus dénudé et vulnérable, le plus invincible aussi ... celui de l'Amour.

Votre curé, Jean-Laurent MARTIN 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+