Et si vous vous mettiez à prier pour les missions ?

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 21 octobre 2018

Ce dimanche 21 octobre s’achève la Semaine missionnaire mondiale 2018. Qui d’entre nous le savait ? Ces huit jours, instaurés par le pape Pie XI en 1926, sont l’occasion de s’informer sur la vie des chrétiens à travers le monde, de prier pour la mission et d’y contribuer financièrement pour soutenir l’évangélisation dans le monde. L’intégralité des dons faits par les fidèles lors de la quête de ce dimanche sera transmise aux Œuvres pontificales missionnaires qui seront ensuite chargées de distribuer l’argent pour que l’Église vive partout dans le monde. Une opportunité pour soutenir la formation des séminaristes ou des catéchistes, mais aussi pour aider un diocèse isolé du Mexique à construire une église ou des sœurs philippines à bâtir un home pour les enfants des rues.

Alors que de nombreux chrétiens sont tués pour leur foi — comme pour ces prêtres en ce moment au Mexique — le dynamisme missionnaire occupe une place fondamentale dans le pontificat du pape François. Il déclarait en 2017 :

L’Église est missionnaire par nature. Si ce n’était pas le cas, elle ne serait plus l’Église du Christ, mais une association parmi tant d’autres qui, bien vite, finirait par épuiser son but et disparaître ». Cette année, il nous rappelle à nouveau l’essentiel de la mission : « Chaque homme et chaque femme est une mission, et c’est la raison pour laquelle on vit sur la terre. Être attirés et être envoyés sont les deux mouvements que notre cœur […] sent comme des forces intérieures de l’amour qui promettent un avenir et poussent notre existence en avant ».

En ce mois où l’Église fête sainte Thérèse-de-l ’Enfant-Jésus, patronne depuis son Carmel de Lisieux de tous les missionnaires, ayons à cœur de faire mémoire de tous les prêtres bordelais et français partis évangéliser au loin, mais aussi de la présence de prêtres fidei donum, comme le père Patient, qui viennent aujourd’hui évangéliser nos paroisses gauloises. Cela n’est-il pas pour nous une occasion supplémentaire de nous interroger sur notre façon d’être missionnaire ? Le pape François parle de la mission comme d’une urgence, expliquant que le croyant doit se considérer « en état permanent de mission ». Sur notre secteur, cette semaine, une ‘équipe mission’ s’est réunie autour de nos prêtres. Des initiatives naîtront… Quelle sera notre réponse et notre engagement ?

Votre curé, père Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+