« Redressez-vous et relevez la tête ! » Luc 21, 28

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 2 décembre 2018, 1er dimanche de l'avent.

En ces temps d’inquiétudes sociales, les chrétiens inaugurent ce dimanche une nouvelle année liturgique. Alors que les signes terrifient les nations, ils relèvent la tête car ils savent que l’histoire est dans la main de Dieu pour qu’en son terme, le salut se manifeste à tous. Intégrer cette vision de l’histoire nous en fait saisir la vraie épaisseur : non une succession d’événements heureux ou malheureux (pas toujours cohérents) mais la préparation de la venue glorieuse du Seigneur rappelant ainsi la première signification du mot latin adven­tus, qui signifie venue, arrivée.

De ces quatre dimanches précédant la fête de Noël, le missel rappelle que "le temps de l’Avent a une double caractéristique : c’est à la fois un temps de préparation aux solennités de Noël où l’on commémore le 1er avènement du Fils de Dieu parmi les hommes, et un temps où, par ce souvenir, les âmes sont tournées vers le 2ème avènement du Christ à la fin des temps. Le temps de l’Avent se présente donc, pour ces deux raisons, comme un temps de prière et joyeuse attente". Ainsi, l’Avent marque un moment favorable d’attente active dans le cœur de l’homme pour que se forme progressivement en lui l'avènement de Jésus dans tous les aspects de sa vie. Autre naissance, aussi importante que celle célébrée par les anges dans le ciel et les mages sur la terre. Dans cette espérance active dont notre société, et particulièrement notre pays, a particulièrement besoin en ce moment, les textes de la parole de Dieu vont nous accompagner à accueillir dignement l'Emmanuel (Dieu avec nous). Déjà, en ce 1er  dimanche, nous sommes invités à cette vigilance active : « redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche … » (Lc 21,28).

Quatre dimanches pour se préparer à cet événement inouï annoncé par les anges aux bergers : « Aujourd'hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David. » (Lc 2,11) Quatre dimanches à méditer sur le Père céleste qui envoie son Fils dans le monde pour permettre à l’homme de revenir en communion avec Lui. Il n’envoie pas un nouveau prophète pour indiquer une voie qui conduit vers Lui : il envoie son Fils qui est « le Chemin, la Vérité et la Vie.» (Jn 14,6) Nous aussi, allons à Noël sans être sûrs de savoir ce que nous y trouverons.

Belle année saint Luc !

votre curé, Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+